Avec l’explosion des applis de rencontres, peut-on trouver un homme volontaire pour une relation durable (monogame) en 2017 ? đŸ€”

 

[Avertissement : les personnes pudiques et/ou trĂšs romantiques pourraient ĂȘtre choquĂ©es par certains de mes propos. Un homme ou une femme averti(e) en vaut 2
]

Je suis cĂ©libataire depuis plus d’1 an et demi, aprĂšs une relation de 13 ans. À l’époque de ma rencontre avec ex-Monsieur, on avait tous des Nokia 3310 et les rĂ©seaux sociaux n’existaient pas. On se rencontrait par des biais plus classiques. En l’occurrence, je l’ai rencontrĂ© tout bĂȘtement Ă  la fac. 13 ans plus tard, notre histoire se termine. On tombe, on panse ses blessures, et on se relĂšve. Lorsque je me suis sentie prĂȘte Ă  faire des rencontres, j’ai dĂ» apprendre de nouvelles mĂ©thodes, de nouveaux codes, mĂ©thodes de rencontres. Ça a Ă©tĂ© assez violent mais instructif. Voici mes dĂ©couvertes.

Le ratio hommes/femmes cĂ©libataires dans la tranche d’ñge 28/45 ans en rĂ©gion parisienne et dans d’autres grandes villes, est problĂ©matique. Trop de femmes, peu d’hommes.

TIMSIT

Je vous laisse consulter l’étude statistique assez prĂ©cise (et dĂ©sespĂ©rante) de JL Cassely sur Slate.fr. Il semblerait que Brest et Toulouse soient des villes plus intĂ©ressantes en terme de ratio hommes/femmes (pas assez de femmes). Mais je n’ai pas l’intention de dĂ©mĂ©nager donc il a fallu faire avec cette rĂ©alitĂ©. Alors bien sĂ»r, on se dit que ce ne sont que des chiffres, qu’on finira bien par les trouver ces hommes cĂ©libataires (hĂ©teros, ou bisexuels) qui n’ont rien contre une relation durable. Je demande donc autour de moi, amis, collĂšgues, toujours la mĂȘme rĂ©ponse : « Laisse-moi rĂ©flĂ©chir
 Tiens, c’est marrant, tous les mecs que je connais sont casĂ©s.. Ou gay. » Amusez-vous Ă  poser la question autour de vous, vous verrez, le constat est sans appel. OĂč sont les hommes ?

jessica

Les rares hommes (hétéros) célibataires entre 28 et 45/50 ans en région parisienne ne veulent « rien de sérieux », préfÚrent les « relations légÚres ». 

Plusieurs cas de figure immuables :

  • Le mec qui a « souffert » d’une relation prĂ©cĂ©dente (rien de trĂšs rĂ©cent), et veut juste s’amuser :

Si on avait 1€ Ă  chaque fois qu’un mec dit « Je sors d’une relation longue [rien de frais], je ne veux rien de sĂ©rieux. » #trentenairesdemerde pic.twitter.com/8ozY811Otc

— LĂłuisĂĄ Amara  (@Louisa_A) 10 fĂ©vrier 2017

  • Celui qui fait croire que la relation lĂ©gĂšre pourrait se transformer en relation plus durable s’il y a un « feeling ». Et qui bizarrement, aprĂšs quelques temps (le temps qu’on passe Ă  l’horizontal), avoue la vĂ©ritĂ© : « Quand je dis que je ne cherche qu’un plan cul, la plupart des filles refusent, elles ont envie d’avoir au moins l’espoir, la possibilitĂ© que la relation Ă©volue. En mentant, j’ai ce que je veux. C’est pas bien, mais je m’en fous, j’ai pas de remords. »

Variante : celui qui dit avoir été sincÚre dans sa démarche mais réalise tout à coup :

  1. Il pense encore trop Ă  son ex.
  2. Sa vie est trop compliquĂ©e en ce moment, pas le temps de s’investir dans une histoire.
  3. Il a prĂ©vu de s’expatrier bientĂŽt et ne veut pas s’engager dans une histoire qui pourrait l’éloigner de cet objectif. Evidemment il  n’avait jamais fait part de ce projet de vie important avant les cĂąlins.. Ben voyons.
  4. Il n’arrive pas Ă  s’impliquer dans la relation « C’est pas toi, c’est moi. Pourtant au lit, c’est super.. »
  • Les mecs francs qui assument qu’ils n’ont jamais envisagĂ© (et ne l’ont jamais promis) quoi que ce soit de plus que du plaisir, mais ils ne savent pas vraiment pourquoi ils bloquent. Ils Ă©mettent plusieurs hypothĂšses, attention Ăąmes sensibles : A) « Je n’ai jamais pensĂ© ĂȘtre en couple avec une femme ronde, j’ai besoin d’ĂȘtre valorisĂ© en public, donc plutĂŽt avec une fille mince. C’est immature et hypocrite, puisque j’adore les rondeurs, mais dans le cadre de l’intimitĂ©, pas plus. Je t’emmĂšnerai jamais au resto ou en terrasse par exemple. Et mes potes sont pareils. »B) « Peut-ĂȘtre que si on avait attendu, 3 Ă  5 rendez-vous (ou plus), j’aurais plus de considĂ©ration, et j’arriverais peut-ĂȘtre Ă  envisager quelque chose. Mais comme on a couchĂ© rapidement, inconsciemment ou pas, je t’ai mis dans la catĂ©gorie des filles « lĂ©gĂšres ». Et ce n’est pas avec ce genre de filles que je me mets en couple. » Ils admettent pourtant que de nombreux couples se sont formĂ©s comme cela. Tout le monde n’est pas obligĂ© de respecter un schĂ©ma « amĂ©ricain » de 3 Ă  5 « dates » (rendez-vous platoniques, oĂč on ne s’embrasse pas, ni rien).

Pourquoi ĂȘtre si fermĂ©s aux sentiments ? Trop de choix disponibles via Tinder, Happn, Adopte un mec, Ok Cupid etc. Comme dans une confiserie, ils veulent goĂ»ter Ă  tout. 

J’ai donc demandĂ© conseils Ă  des amis mĂąles inscrits sur ce type d’applications. Ils me confirment que la dĂ©couverte de ces applis a Ă©tĂ© une vraie rĂ©vĂ©lation pour eux, et que pour beaucoup, ils ne souhaitent dĂ©sormais plus que des rencontres lĂ©gĂšres. La complicitĂ©, les moments de partage en couple ne leur manquent pas du tout. Pour certains, il s’agit de protĂ©ger leur ego meurtri par une rupture difficile (ils ont Ă©tĂ© trompĂ©s ou quittĂ©s brutalement etc), pour d’autres pas du tout, mais le choix de femmes disponibles, est tellement Ă©norme qu’ils veulent en profiter autant que possible, comme une drogue. Ce phĂ©nomĂšne d’addiction aux rencontres Ă©phĂ©mĂšres via des applis de rencontres est bien dĂ©crit dans la BD « Love addict » de Koren Shadmi. Il s’agit pour eux d’une revanche sur une adolescence et un dĂ©but de vie d’adulte frustrant sur le plan sexuel. Ils Ă©taient moins sĂ»rs d’eux, ne savaient pas comment sĂ©duire etc.

Les hommes mentent sur ces applis.

tenor

Photos anciennes, ou pas leurs photos du tout, taille faussĂ©e, statut cĂ©libataire alors qu’ils sont mariĂ©s, profession etc. Mais au delĂ  mĂȘme du profil, ils mentent aussi par leurs actions : ils likent absolument tous les profils, sans distinction, en se disant qu’ainsi, ils auront forcĂ©ment un  « match » (quand la fille like aussi leur profil, l’attirance est censĂ©e ĂȘtre rĂ©ciproque, et il est alors possible de discuter gratuitement). Cela crĂ©e des faux espoirs et peut occasionner des vestes phĂ©nomĂ©nales. Ainsi, j’ai cru plaire Ă  un mec qui Ă©tait dans le mĂȘme centre de vacances que moi. Puisqu’il ne rĂ©pondait pas Ă  mes gentils smileys, j’ai attendu d’avoir l’occasion de lui parler. Le courant passait trĂšs bien, sourires, blagues, jeux de regards. Et quand enfin, je lui ai posĂ© la question (aprĂšs tout, il avait peut-ĂȘtre un frĂšre jumeau inscrit sur l’appli ?). Il m’a dit : « Ah dĂ©solĂ©, je like tout le monde, sans vraiment regarder. Comme tous les connards de mecs. Tu m’intĂ©resses pas du tout. C’est ta copine J. qui me plait  ». Sympa, hein ? On tombe, on se relĂšve.

Les lapins 

Comme le choix est beaucoup plus vaste qu’avant, certains en oublient les bases de la politesse et du respect. On fixe un rendez-vous ensemble, ils ne viennent pas. Ainsi on m’a dĂ©jĂ  posĂ© 7 lapins. Pourtant j’essaie de trier de mieux en mieux, avec l’expĂ©rience. Attention, il y a lapin et lapin. C’est Ă  dire, ceux qui ne prĂ©viennent pas qu’ils ont changĂ© d’avis ou ont un empĂȘchement, et j’attends comme une conne pendant 30 Ă  40min en les appelant pour savoir s’ils ne sont pas dĂ©cĂ©dĂ©s en route
 Et ils finiront par donner des nouvelles quelques heures plus tard, en s’excusant Ă  peine.

Il y a ceux qui prĂ©viennent quelques minutes avant, alors qu’on Ă©tait dĂ©jĂ  en route ou sur place, et prĂ©textent qu’ils ne se sentent pas bien. Ils ne donnent plus de nouvelles ensuite. Ou parfois quelques mois aprĂšs, en se disant qu’on a peut-ĂȘtre passĂ© l’éponge. Heu ben, non


Parmi ces lapins, certains s’excusent platement pendant des jours, espĂ©rant arranger les choses. Et comme je suis une cruche [comme le chante Vianney, dĂ©dicace à AngĂ©line], j’accepte de les pardonner et je m’en mords les doigts parce qu’ils font pire par la suite.

Alors que faire ? Y croire encore, malgré tout.

J’ai aujourd’hui 37 ans, 38 en mars prochain (si Dieu me prĂȘte vie, comme on dit). Je suis en bonne santĂ©, j’ai un toit au dessus de la tĂȘte, un boulot que j’aime, des passions, une famille et des amis aimants. Ma vie me convient. Je n’ai pas besoin d’ĂȘtre aimĂ©e par un homme pour ĂȘtre heureuse. Je me rĂ©veille chaque jour, heureuse. Oui la complicitĂ© du couple me manque. J’aime cuisiner pour quelqu’un, m’occuper de lui, faire des projets. En attendant de trouver le bon, je fais toutes mes sorties avec des amis ou seule. J’ai appris Ă  aimer ces moments oĂč je peux aller au cinĂ©ma seule sur un coup de tĂȘte aprĂšs le boulot ou le week-end, me promener dans Paris, aller Ă  des expos etc. Les enfants
 J’en parlais dans mon billet d’humeur, fin 2012. Je ne ressens pas l’envie urgente d’ĂȘtre mĂšre. Je comprends que certaines fassent un bĂ©bĂ© toute seule, pressĂ©es par la peur de la mĂ©nopause, par diffĂ©rents moyens, ça les regarde. De mon cĂŽtĂ©, je me dis que j’ai encore du temps, merci la gĂ©nĂ©tique familiale. Et si finalement je ne rencontre pas l’amour, ou quelqu’un qui ne veut pas d’enfants, j’aviserai Ă  ce moment. Des neveux, niĂšces, filleule, j’en ai dĂ©jĂ  et ça me suffit aujourd’hui.

Que faire d’autre encore ? En rire. Ça permet de relativiser, et ça fait un bien fou.

Ainsi, je rĂ©gale mes amis de mes dĂ©briefs post-rencontres. Je leur rĂ©serve les dĂ©tails les plus croustillants et farfelus. Je mets quelques Ă©lĂ©ments (ça reste soft), sur Twitter, parce que visiblement, je ne suis pas la seule Ă  galĂ©rer.. J’ai lancĂ© le hashtag #trentenairesdemerde, ça marche aussi avec #quadragĂ©nairesdemerde. J’ai essayĂ© aussi de rencontrer des hommes un peu plus jeunes (entre 25 et 30), Ă©checs complets Ă©galement, pour les mĂȘmes raisons, et parfois d’autres. Ils refusaient par exemple un simple coup de fil avant la rencontre. Ils refusaient Ă©galement qu’on se rencontre si je n’envoyais pas de photos osĂ©es avant, et j’en passe. GĂ©nĂ©ration Snapchat de merde.

Extraits :

AprĂšs une rupture, les filles se relĂšvent et avancent, les mecs s’en servent pour justifier leur frivolitĂ©/immaturitĂ©. #trentenairesdemerde pic.twitter.com/WcbZyc0q9Z

— LĂłuisĂĄ Amara (@Louisa_A) 14 fĂ©vrier 2017

Autre exemple, le mec est prof agrĂ©gĂ© d’économie, hein.
[Ça ferait un bon Ă©pisode de @WTFFranceTV @Ptcomedy] pic.twitter.com/980vvqV4zr

— LĂłuisĂĄ Amara  (@Louisa_A) 14 fĂ©vrier 2017

Il a menti sur son Ăąge, il n’a pas 38 mais 44 ans. On lance officiellement le hashtag #quadragĂ©nairesdemerde. À suivre. #rencontres

— LĂłuisĂĄ Amara  (@Louisa_A) 25 fĂ©vrier 2017

La bonne nouvelle, c’est que je trouve beaucoup de livres drĂŽles et instructifs sur le sujet, et je pourrai vous en parler bientĂŽt dans une prochaine vidĂ©o booktube. N’hĂ©sitez pas Ă  me dire comment vous avez trouvĂ© l’amour, ça m’intĂ©resse Ă©normĂ©ment, et bien sĂ»r, si vous connaissez un homme cĂ©libataire hĂ©tĂ©ro entre 28 et 45 ans disponible pour une relation durable, n’ayant rien contre les brunettes rondes, faites moi signe ! Bel Ă©tĂ© Ă  tous.

 

 

 

 

11 Commentaires

  • LEVAN dit :

    Un petit dĂ©tail, pour celles qui envisagent d’avoir un enfant tardivement.
    Les hommes ne regardent pas que l’Ăąge au moment de la rencontre.
    Ils calculent l’Ăąge de la future mĂšre le jour de l’accouchement.
    Et ils tiennent compte de tous les prĂ©liminaires…..

  • Adeline dit :

    Bonjour, je me retrouve complĂštement dans votre article et pourtant je ne suis pas de rĂ©gion parisienne mais plus en zone rurale!! Je suis moi aussi sĂ©parĂ©e depuis 3 ans aprĂšs 12 ans de relation (et 3 enfants). Peu de temps aprĂšs ma sĂ©paration je m’Ă©tais inscrite sur des sites de rencontres pour des plans cul puis avait arrĂȘtĂ© car plus le temps lol (formation + famille + maladie = đŸ˜ȘđŸ˜ȘđŸ˜©đŸ˜§). Depuis peu je me suis rĂ©inscrire et je fais le mĂȘme constat que vous : peu d’homme recherche qqch de sĂ©rieux mĂȘme si ils disent le contraire… Aussi quand un homme me contacte j’ai beaucoup de mal Ă  le croire sincĂšre.. et du coup c’est dĂ©motivant limite dĂ©primant !!
    Voici mon petit tĂ©moignage (et c’est extrĂȘmement rare que je commentĂ© quoique ce soit) et si cela vous est possible je souhaiterais que l’on puisse discuter de nos expĂ©riences… bonne journĂ©e Ă  vous

  • Niny dit :

    C’est absolument bien vu! À croire qu’on tombe sur les mĂȘmes, Ă  Paris ou en Province, petite ou grande, mince ou ronde…

    • Louisa_A dit :

      Merci pour les encouragements. Gardons espoir, je peux pas croire que tous les mecs sérieux et fiables en France soit pris.
      PS : ton commentaire met un peu de temps Ă  s’afficher, magie de wordpress, mais ça va venir, merci de ta patience.

  • MickaĂ«l dit :

    En tant qu’ex utilisateur masculin de Meetic, je suis trĂšs surpris de ta description. Ce genre de site favorise les femmes. En passant, L’impolitesse et l’hypocrisie sont des qualitĂ©s assez bien reparties entre hommes et femmes.
    Bref, je crois que tu cherches un genre de mec avec qui tu auras toujours ce genre de comportement.
    Essaye de t’ouvrir a des personnes moins extraverties, plus timides… Si tu vises que des beaux gosses charmeurs, tu risques d’ aller de dĂ©sillusions en dĂ©sillusions…
    Par ailleurs, je ne me retrouve dans aucune de tes catégories, il faudrait étoffer ton etude ;-).
    Enfin, je connais plusieurs couples qui durent qui se sont rencontrés sur ce genre de site. Donc ça peut marcher.

    • Louisa_A dit :

      Bonjour Mickael, merci pour ce tĂ©moignage. Je m’intĂ©resse Ă  tout type de physiques, pas du tout les beaux gosses charmeurs. Mon ex avait la chevelure de Bruce Willis, et je l’aimais comme ça. Donc non, cĂŽtĂ© physique, c’est plutĂŽt le charme qui m’attire que les mecs beaux gosses.
      Il y aura une suite Ă  cet article bien sĂ»r, avec les autres cas de figures rencontrĂ©s. Et aussi les rencontres qui m’ont fait grandir et apprendre des choses sur moi-mĂȘme. :)
      PS : ton commentaire met un peu de temps Ă  s’afficher, magie de wordpress, mais ça va venir, merci de ta patience.

    • Anso dit :

      Hop petite injection d’espoir. AprĂšs avoir divorcĂ© Ă  32 ans, sans enfant, j’ai aussi essayĂ© OKC pendant un moment. Le rĂ©sultat est bien au delĂ  des descriptions de ton article ! Du mec venu en blablacar qui ne peut pas payer un coca car de toutes façons, je suis cadre c’est Ă  moi de payer – verbatim- au mec qui finit en OD en soirĂ©e alors que deux heures auparavant il jurait ne toucher Ă  rien…Bref. Mindblowing. A 35 ans, j’Ă©tais rĂ©solue Ă …A rien, vu qu’il semblait en effet ne plus rien avoir. Donc j’ai Ă©coutĂ© une amie et dans un dernier effort, j’ai pris un abonnement Ă  Meetic. J’y ai finalement rencontrĂ© des gens jusqu’Ă …Lui. Au bout de deux mois, de mĂ©moire, pas trĂšs longtemps, j’ai eu un message perdu au milieu des 400autres. Et coup de bol, je l’ai lu (merci l’appli tĂ©lĂ©phone qui oblige Ă  ouvrir les messages pour les supprimer !) Un architecte d’une trentaine d’annĂ©e, belle petite bouille, drĂŽle, gentil, Ă©lĂ©gant, qui savait Ă©crire et connaissait mĂȘme le participe passĂ© !!! Il venait de se sĂ©parer de son ex femme au bout de dix ans. Il n’Ă©tait donc pas sur le marchĂ© depuis longtemps !(si j’ose dire).
      Cela fera bientÎt deux ans. Nous nous sommes mariés il y a deux mois.
      Et en effet,comme le dit une personne en commentaire, viser des profils naturels c’est pas mal. (Pas un acteur par exemple,mĂȘme si j’ai des amis acteurs et que j’ai eu l’occasion d’en frĂ©quenter !):)
      Mon mari n’Ă©tait pas «show off» sur son profil, trĂšs simple, sans ostentation. J’ai mĂȘme pensĂ© au premier RDV,il est parfait mais soit ça cache un truc (il tue des chatons ! Avouez monsieur!), soit je vais m’ennuyer…Nan, nan. Rien de tout ça. On vit avec trois chats et ils l’adorent…Ca ment pas un animal hein ? Et je ne suis jamais autant marrĂ©. Alors OUI c’est possible. Et NAN je ne suis pas payĂ©e par meetic !
      Donc une chose…:
      Keep the Faith :)

  • Julia dit :

    Mon dieu cest tellement vrai !! đŸ€€đŸ€€đŸ€€

  • lola dit :

    Je dirais : essaie les nanas, elles sont beaucoup moins chiantes et cherchent davantage une relation sérieuse.
    Ou, variante : essaie les mecs de plus de 45 ans (ils ont encore, souvent, une certaine conception de la galanterie « à l’ancienne » – et les travers qui vont avec, mais on ne peut pas tout avoir…) sauf la catĂ©gorie « mariĂ©s » que je dĂ©conseille fortement chez les plus de 50 ans, en tout cas : statistiquement, ils quittent rarement leur femme, une maĂźtresse leur convient trĂšs bien (le bon vieux schĂ©ma XIX est trĂšs ancrĂ© chez eux).
    Bref, mon conseil : les femmes ou les vieux divorcés/veufs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *